Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 20:57

dent 

  Dans quelques jours Verneuil comptera un nouveau dentiste. Il s'agit d'une nouvelle installation dans un nouveau lieu. Mais ne nous réjouissons pas trop vite, le Docteur Claude Treich devrait prendre une retraite bien méritées prochainement. Ce qui nous fera toujours que deux praticiens pour une agglomération d'environ 10 000 habitants alors que d'après les statistiques nous devrions en avoir au moins 6.

 

Quelques chiffres (source Carnet de Santé)

Chirurgiens-dentistes : démographie et horizon 2030
septembre 2007

Dans Etudes et Résultats n° 594 et 595 (septembre 2007) : Les chirurgiens-dentistes en France - démographie et horizon 2030. Extraits.

Un peu plus de 40 000 praticiens actifs ont été recensés par l’Ordre national des chirurgiens-dentistes au 31 décembre 2006. Les effectifs ont crû régulièrement au cours des quinze dernières années mais de manière plus modérée que la population française. La densité de chirurgiens-dentistes est ainsi passée de 67 à 65 pour 100 000 habitants entre 1990 et 2006. Le ralentissement de la croissance démographique (voire sa diminution à compter de 2004) ainsi que le vieillissement marqué de la profession sont consécutifs à la mise en place d’un numerus clausus depuis 1971 et à la réduction drastique du nombre de places ouvertes en deuxième année d’odontologie entre 1985 et 1995.

Dans un contexte de libre installation des libéraux sur le territoire national, on observe une disparité importante des densités entre le Nord et le Sud du pays d’une part et une concentration des chirurgiens dentistes dans les grandes agglomérations au détriment des zones rurales d’autre part.

Les Echos (10 septembre) notent ainsi : «  On compte 136 dentistes pour 100.000 habitants à Paris, contre 35 à 40 dans la Creuse ou l'Orne. La densité tombe à 20 dans les zones rurales. »

Si le numerus clausus était maintenu à 977 étudiants, la densité des chirurgiens-dentistes en France diminuerait encore sensiblement
, passant de 65 pour 100 000 habitants en 2006 à 40 en 2030. Les entrées dans la vie active devraient s’accroître pour se stabiliser à partir de 2010-2015. En revanche, les cessations d’activité seraient toujours plus nombreuses (départs à la retraite) et le solde avec les entrées projetées devrait se creuser au cours des quinze prochaines années. Les auteurs notent qu'il ne suffirait pas de relever le numerus clausus pour améliorer la situation, d'autant que cette mesure serait d'application difficile, les écoles n'y étant pas préparées et l'augmentation ne devant pas être continue, mais par à coups, pour être optimum.


La profession continuerait de vieillir jusqu’en 2015, avant de rajeunir et de retrouver en 2030 le même niveau qu’en 2006 (48 ans). La proportion de femmes au sein de la profession serait toujours plus importante, pour atteindre 45 % en 2030 (35 % actuellement). À comportements identiques, la diminution du nombre de chirurgiens-dentistes affecterait autant les libéraux que les salariés, d’où une répartition stable entre les deux modes d’exercice à l’horizon 2030.


Partager cet article

Repost 0
verneuil27.over-blog.com
commenter cet article

commentaires