Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 18:24

aaaa-copie-229-1.jpg

Un package à environ 200 000€ pour avoir quelque chose d'efficace sans compter le fonctionnement

Ces quelques lignes pour faire suite à mon récent article sur les faits divers, un autre a encore eu lieu depuis; un entrepôt de la route de Breteuil a été cambriolé avant hier.

La ville de Verneuil doit-elle se doter de la vidéo protection

L'investissement est-il justifié au regard des faits commis.

Ces quelques lignes ci-après vous permettrons peut-être d'avancer dans votre opinion

Autorisation d'installation de caméras

L'installation d'un système de vidéosurveillance est subordonnée à une autorisation préalable du préfet du département du lieu d'implantation ou, à Paris, du préfet de police.

Elle est donnée pour une durée de 5 ans renouvelable, après avis de la commission départementale des systèmes de vidéosurveillance (sauf en matière de défense nationale).

Droit d'accès et conservation des images

Toute personne peut accéder aux enregistrements la concernant et en vérifier la destruction dans le délai fixé par l'autorisation préfectorale.

Le délai de conservation des images ne peut pas dépasser  1 mois , sauf procédure judiciaire en cours.

La demande d'accès doit être adressée au responsable du système de vidéosurveillance .

Cet accès est de droit .

Toutefois, il peut être refusé pour des motifs tenant à la sûreté de l'Etat, à la défense, à la sécurité publique, en cas d'instruction judiciaire ou pour protéger le secret de la vie privée de tierces personnes.

Garanties

Les opérations de vidéosurveillance de la voie publique ne doivent pas visualiser l'intérieur des immeubles d'habitation ni, de façon spécifique, l'entrée de ces immeubles.

 

  

La vidéoprotection contestée ailleurs

Le cas Chauny à la loupe (une ville de 12 000 habitants en zone rurale)

 

Publié le mardi 10 août 2010

 

Difficile de mesurer l'impact de la vidéoprotection.

LA vidéoprotection coûterait-elle trop chère pour ce qu'elle « rapporte » ?
C'est le constat que vient de faire la chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes pointant du doigt l'efficacité toute relative de la vidéoprotection lyonnaise. Dans cette ville, les caméras permettent une arrestation par caméra et par an.
Peut-on toutefois comparer Lyon, 3e ville de France, et Chauny, pas vraiment. Malgré tout, la question du rapport caméras/élucidation des faits peut être réalisée. Malheureusement, aucun chiffre précis sur le nombre de faits élucidés grâce aux caméras n'est communiqué. Simplement, il est possible de dire que le taux d'affaires ayant abouti à des interpellations a été multiplié par deux en 2 ans. Autre chiffre, la délinquance a baissé de son côté de 31 %. Grâce à qui, à la vidéoprotection et à la vingtaine de caméras disséminées en ville.
En 2007, lorsque le parc de vidéo a été installé, cela a coûté 300 000 euros. Une somme particulièrement importante pour simplement palier l'absence de moyens alloués par l'Etat en matière de sécurité.
Si en 2009, des cambriolages, des agressions ou encore une tentative de braquage ont pu être déjoués ou leurs auteurs arrêtés, le nombre d'arrestations par rapport au prix des caméras est « déséquilibré ».
Mais peut-on véritablement raisonner ainsi ? Pas sûr, car depuis que la vidéo existe en ville, certains faits ont disparu. Les différents braquages à la voiture bélier qui étaient à la mode pendant un temps n'ont plus cours. Et c'est peut-être cela aussi qu'il faut prendre en compte, le côté dissuasif de la vidéoprotection. Une mesure inquantifiable, mais combien de faits ont été évités grâce à ça ?
D'autre part, la Ville se félicite d'une baisse significative de la délinquance en 2009. Moins 12 pour les vols avec violence, moins 14 pour les cambriolages, moins 30 pour les violences urbaines et moins 24 pour les vols à la roulotte.
C'est peut-être le résultat du travail des uns et des autres ou aussi celui des caméras.
Mais là encore, difficile de dire dans quelle proportion.
Effectivement, la vidéoprotection coûte chère et certains aimeraient qu'elle donne des résultats plus probants. Reste qu'aujourd'hui, elle apparaît comme un rempart contre les délinquants et un bon moyen de mener des enquêtes à leur terme. En 2009, sur les 132 relectures de bande, plus d'une vingtaine a fait l'objet de demande de copie afin d'étayer une enquête judiciaire.
Après deux années de démarrage, le bilan 2010 sera déterminant en ce qui concerne la véritable influence des caméras sur la délinquance chaunoise.

 

Concernant toutes les craintes sur les atteintes à la vie privée la loi est trés stricte dans ce domaine et par le fait trés dissuasive.

 

Partager cet article

Repost 0
verneuil27.over-blog.com
commenter cet article

commentaires